1

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

Bonjour à tous,
J'ai un sujet de dissertation à traiter mais j'ai du mal à avancer, mon sujet est le suivant :
" Pensez-vous que la littérature, comme le dit un poète, est une arme chargée de futur?"
J'ai déjà commencé à analyser les mots clefs :
J'ai développé "la littérature" avec tous les genres qu'elle contient, etc
Pour moi, une "arme" est une chose qu'on peut mettre à profit de soit pour changer quelque-chose ou quelqu'un.
Le "futur" montre que la littérature pourrait faire changer les gens ou l'avenir par les pensées écrites.
Pourriez-vous m'aider à trouver quelques solutions pour que je puisse rédiger un bon plan?
Merci d'avance

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

Très bonnes idées Flower Power !
Il faut un débat contradictoire
Oui, la litt est une ARME chargée de FUTUR
(ajoute à tes idées la notion d'espérance)
Non, la litt. nous renvoie au passé, elle est passive et nous rend passifs (on lit ou étudie des textes des siècles passés)
Enfin, la litt n'est pas que cela, elle est l'expression d'une personnalité, d'un destin. Mais parmi toutes ces expressions, la poésie n'est-elle pas un genre plus apte à nous ouvrir des horizons ?

3

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

" Pensez-vous que la littérature, comme le dit un poète, est une arme chargée de futur?"

Il y a deux éléments qui me frappent, m'interpellent, me choquent, dans l'énoncé du sujet qui t'es proposé (mais dont tu n'es pas responsable) :

*  un point de forme "comme le dit un poète" est une formule-bidon ; soit on cite l'auteur, soit le rédacteur du sujet en assume la paternité. Mais ce point est de peu d'importance ... quoique !

* "une arme chargée de ..." : l'image est forte et terrible ; l'auteur eût pu écrire "un instrument porteur de...", ou bien encore "un outil pour ...". Je considère que cette métaphore guerrière n'est pas utilisée par hasard ; évidemment, tu n'as aucun contexte.
    Notons que "chargée de futur" implique que le futur est le projectile et non le but à atteindre : je ne voudrais pas t'égarer, mais plus je la lis et plus je trouve cette citation bizarre, surprenante.

   P.S.  une courte recherche sur la Toile donne l'auteur, Gabriel Celaya, poète espagnol (1911-1991) : il a connu la Guerre Civile ...
     Attention ! cela suppose que la citation a été traduite , le sens de "chargée de futur" (je viens de lire la contribution de Léah) peut en subir les conséquences.

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

Si c'est un poète de la Guerre civile, alors on peut penser à la chanson de Ferré L'espoir
Dans le ventre des espagnoles
Il y a des armes toutes prêtes
Et qui attendent

Ou à René Char
À chaque effondrement des preuves le poète répond par une salve d'avenir

5

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

À la réflexion, je pense que, sans t'égarer dans des débats d'exégètes, ce que ton prof te demande, c'est surtout une méthode d'écriture, donc un plan : revois tes fiches méthodo (ou celles du Forum).

6

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

tout d'abord merci pour vos recherches et vos réponses,
voilà c'est ce que j'essaye de faire, un plan, sauf que j'essaye d'abord de trouver des idées, un développement de ce sujet qui me semble assez complexe, je trouve différents sens à ce sujet au cours de mes lectures successives, ce qui me distrait assez...
J'ai déjà fait des recherches sur le poète, sauf que j'en avais trouvé deux, j'avais donc laissé tombé la piste de l'auteur.
Pierrot11 tu dis que le futur est le projectile et non le but à atteindre, j'ai compris ça aussi mais comment puis-je l'interpréter?

7

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

et léah tu dis que la littérature. renvoie au passé, veux-tu dire par là qu'elle nous renseigne sur le passé et nous donne des informations historiques?
j'ai oublié un mot dans mon sujet, "...est TOUJOURS..."
dans ce cas, le 2 serait excellent pour donner des limites à l'approbation de ce sujet...

8

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

tu dis que le futur est le projectile et non le but à atteindre, j'ai compris ça aussi mais comment puis-je l'interpréter?

Il s'agit d'un poète, c'est-à-dire quelqu'un qui se promène aisément dans la quatrième dimension (le temps) : et si ce projectile, c'était MON futur, ou autrement dit, MOI dans le futur ?

   On aurait donc une thèse, celle exposée par Léah « Non, la litt. nous renvoie au passé, elle est passive et nous rend passifs. », qui nous donne une dimension de la littérature, et une antithèse, celle de Celaya : « la littérature nous projette dans le devenir, donc nous rend acteurs de notre propre futur » et c'est une autre dimension de la littérature.
   Ça vaut ce que ça vaut ...

    Il m'est venu une autre interprétation possible de la citation mais, étant donné qu'elle est traduite, cela est sujet à caution : on peut comprendre "chargée de futur" comme "porteuse de futur" (comme on dit "chargé d'émotion" ...).
    Le sens devient légèrement différent, mais tu retombes sur tes pattes : il y a, dans la littérature, une dimension chargée d'histoire (donc de passé) et une dimension chargée d'avenir (de futur) ; elle nous fait nous projeter dans le futur à la lumière du passé, en en tirant les leçons (ça, c'est la synthèse).

    Ça me paraît même moins tordu que ma première interprétation (exit le projectile) et le résultat est voisin : la littérature est vecteur (gardons le parallèle avec l'armement) de l'avenir (ne serait-ce que parce que la littérature d'aujourd'hui sera lue demain, dans le futur) ...

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

Avec un tel sujet, il me semblerait bien de parler d'avant-garde : Futurisme(C'est explicite...), Lettrisme, expressionisme... voir peut être dadaisme.
La notion même d'avant garde est celle d'un groupe qui prophétise le futur avant les autres jusqu'a dire qu'ils seront les derniers avant-gardes... De plus cette notion d'avant-garde se limite a un groupe engagé politiquement d'où le mot arme qui tire tout son sens...Et ils ont fait pas mal de poèsie. Surtout vu l'époque de la citation... et la nationalité de l'auteur.
Et en regardant sur wiki. on tombe sur ", premières élections législatives en Espagne depuis la mort de Franco, Gabriel Celaya est candidat pour le parti communiste espagnol."

Enfin le mot arme me fait plus penser à la violence, mort, sang avec un conflit où l'arme est un instrument. Dans cette idée de conflit, on pourrait prendre les époques baroques ou humanismes et réformé comme exemple. Où la domination de l'écriture et la littérature (l'outil) était le prémisse d'une guerre future.... Dans ce cas, la littérature déclenche et anticipe le futur...


Sinon un peu plus compliqué... Il y a le terme d'un conflit, conflit entre l'auteur et ses pairs... conflit entre les époques.
L'auteur s'explime par son oeuvre, c'est son outil pour avoir de la prétence sociale... Donc la littérature part rapport à l'auteur est toujours une arme, car la communication est une arme à convaincre... ou des conflits non violents s'affrontent...
Apres se pose le problème de la temporalité, où la littérature construit la sociète et le moi de l'auteur ,qui est souvent un grand lecteur, dans son présent. Ainsi toujours en prenant le point de vue de l'auteur, est une arme qui persiste a travers le temps( à la différence de l'orale), il forge donc le futur par le passé.(question de point de vue toujours...)

Le fait que je prenne le point de vue de l'auteur et pas de lecteur comme léah la fait... C'est qu'il y a le "comme le dit un poète" donc un auteur... Il y a une marque de point de vue...

10

La littérature est-elle une arme chargée de futur ?

Tout d'abord merci car avec toutes vos indices, je commence à comprendre un peu plus le sujet, enfin je pense.
Pour vérifier si j'ai bien compris, pourriez-vous me dire ce que vous pensez de mon introduction ?
Dans mon premier paragraphe d'introduction, j'ai développé l'idée que les différents genres comme le théâtre et le récit nous transmettent à tous des idées qui servent à amuser le lecteur ou à révolutionner ses idées.
Dans mon deuxième paragraphe, j'ai réécrit le sujet tel quel, puis en problématique j'ai approuvé le sujet mais ai demandé si la littérature n'avait que cet effet.
Dans le troisième paragraphe, j'ai signalé que la littérature puvait changer les comportements pour l'avenir (comme les fables transmettent des morales), mais que cependant, il y avait des limites à l'approbation car la littérature peut aussi témoigner du passé (oeuvres historiques) ou du présent (journaux).
Merci d'avance. Bonne soirée car il est un peu tard!