1

Zola, La Curée

C'est le premier roman de Zola que j'ai lu. Je l'ai lu cette année mais dans le cadre scolaire. C'était une lecture imposée pour un contrôle de lecture. Les contrôles de lecture en hypokhâgne ne sont pas basiques et impliquent une réflexion. J'ai adoré ce roman et j'ai donc pris beaucoup de plaisir à le lire, c'est ce qui a fait après que j'ai acheté la plupart des romans constituant les Rougon-Macquart (je ne les ai pas encore tous acheté). Je l'ai lu avant L'Assommoir. La peinture de la société de l'époque et le mécanisme de la spéculation financière sont parfaitement rendus. J'adore les descriptions de Zola. Elles ne m'ennuient pas du tout, elles sont essentielles car elles mettent les personnages dans un cadre particulier. Il y a une poésie et surtout un érotisme qui s'en dégagent lorsqu'elles concernent la relation entre Renée et Maxime. J'ai détesté le personnage d'Aristide Saccard. C'est un opportuniste qui cherche simplement à faire des profits. Il délaisse complètement Renée. Il a été cruel avec sa première épouse par ailleurs. La manière de raconter l'histoire d'amour passionnée entre Renée et Maxime est merveilleuse. C'est une histoire d'amour qui est inscrite sous le signe de la fatalité, elle est vouée à l'échec. Le personnage de Renée m'a bouleversé malgré ses défauts, elle est fraîche, très amoureuse et dans le dernier chapitre, elle a suscité ma pitié. C'est une héroine tragique comme justement Phèdre à laquelle sa situation fait penser + les allusions à cette héroine racinienne qui ne font que renforcer cela. Le personnage de Madame Sidonie est intéressant même si secondaire.
Je vous conseille si vous aimez Zola la lecture de ce roman.

2

Zola, La Curée

Bonjour Aurèle,

Tu peux en lire la suite en quelque sorte avec l'Argent http://www.etudes-litteraires.com/zola-argent.php où Saccard te paraîtra peut-être plus sympathique. Tu découvriras en outre la très intéressante Madame Caroline.

3

Zola, La Curée

J'ai ce roman dans ma bibliothèque mais je dois lire en priorité La Conquête de Plassans qui est au programme de l'option lettres modernes en khâgne classique. Merci pour la suggestion en tout cas.

4

Zola, La Curée

aurele54 a écrit :

C'est le premier roman de Zola que j'ai lu. Je l'ai lu cette année mais dans le cadre scolaire. C'était une lecture imposée pour un contrôle de lecture. Les contrôles de lecture en hypokhâgne ne sont pas basiques et impliquent une réflexion. J'ai adoré ce roman et j'ai donc pris beaucoup de plaisir à le lire, c'est ce qui a fait après que j'ai acheté la plupart des romans constituant les Rougon-Macquart (je ne les ai pas encore tous acheté). Je l'ai lu avant L'Assommoir. La peinture de la société de l'époque et le mécanisme de la spéculation financière sont parfaitement rendus. J'adore les descriptions de Zola. Elles ne m'ennuient pas du tout, elles sont essentielles car elles mettent les personnages dans un cadre particulier. Il y a une poésie et surtout un érotisme qui s'en dégagent lorsqu'elles concernent la relation entre Renée et Maxime. J'ai détesté le personnage d'Aristide Saccard. C'est un opportuniste qui cherche simplement à faire des profits. Il délaisse complètement Renée. Il a été cruel avec sa première épouse par ailleurs. La manière de raconter l'histoire d'amour passionnée entre Renée et Maxime est merveilleuse. C'est une histoire d'amour qui est inscrite sous le signe de la fatalité, elle est vouée à l'échec. Le personnage de Renée m'a bouleversé malgré ses défauts, elle est fraîche, très amoureuse et dans le dernier chapitre, elle a suscité ma pitié. C'est une héroine tragique comme justement Phèdre à laquelle sa situation fait penser + les allusions à cette héroine racinienne qui ne font que renforcer cela. Le personnage de Madame Sidonie est intéressant même si secondaire.
Je vous conseille si vous aimez Zola la lecture de ce roman.

Et cette dernière scène de Renée, dans son ancienne chambre, avec sa vieille poupée de son...

Zola, La Curée

La scène qui m'a marquée dans ce roman: celle de la serre, d'un érotisme fou.....

Je considère La Curée comme un des romans les plus lumineusement poignants parmi ceux que j'ai pu lire de Zola

Zola, La Curée

Je l'ai moi-même lu et j'ai aussi assez aimé. L'histoire était vraiment très excitante. D'un côté l'Aristide Saccard qui découvre les prochains aménagements de parents et qui s'attire alors des spéculations montrueuses et d'un autre côté Renée, d'une vingtaine d'année et Maxime, jeune homme voulant s'incruster dans la vie mondaine. Et cette complicité de ces deux personnages est exaltante ! Ce roman m'a beaucoup plu, de toute façon, Zola est pour moi le magicien de la littérature, ses livres sont toujours passionnants et comme le disais aurele54, les descriptions ne sont pas ennuyantes du tout par rapport à d'autres que j'ai eu la merveilleuse occasion de lire, qui, elles sont souvent rasoires et qui m'endorment.

big_smile