Méthode pour le commentaire composé

Coucou !

bon, alors pas de stress. Déjà je commencerai par dire que rassure-toi des problèmes de méthode, tout le monde en a ! Tout le monde y compris le prof, les corrigés duquel on aura du mal à soumettre à un confrère sans qu'il n'y trouve en long en large et en travers quelque chose à redire.

Mais puisque nous avons commencé par les grandes vérités générales, je vais poursuivre avec celle-ci : c'est vrai, ce qui fait qu'un devoir est mieux noté qu'un autre ce n'est pas forcément la qualité de la réféxion qui est meilleure _ loin s'en faut !  C'est simplement que le correcteur a pu lire ton devoir d'un bout à l'autre sans s'ennuyer, sans trouver de répétition ni de hors sujet, observer une progression logique  de ta pensée et un fil conducteur bien défini, capable de subordonner l'introduction de nouvelles idées à la problématique déjà en cours, de voir du renouveau sans pour autant subir de zigzag; bref, stop aux tergiversures : c'est la méthode selon laquelle tu auras organisé ton devoir qui fera la différence.

Pour ce, il n'est pas à tout prix indespensable de rechercher l'originalité! Paradoxal, triste, injustifié, je sais mais pourtant vrai. Un excellent devoir est fait de conventions. Se fier à la statistique reste encore un assez bon indice : étant donné que Balzac est mort en 1850, que nous sommes en 2010 et qu'il se publie en moyenne quelques dizaines de milliers d'articles littéraires par an on peut admettre généralement quil n'y a absolument plus rien de neuf à dire sur Balzac.

L'important n'est pas ce qu'on dit mais comment on le dit.

Et pour cela on arrive à mon maître mot : cohérence.


Un professeur te sera toujours reconnaissant d'éviter le modèle :
Parite 1 : tel thème
Partie 2 : tel autre thème
conclusion : on retrouve ces deux thèmes dans notre texte.

Prenons un exemple :(pour reprendre un sujet que j'ai lu sur le forum)
Sujet : vous traiterez dans un commentaire composé du comique et du tragique dans le Don Juan de Molière. Vous vous inspirerez d'exemples précis tirés de la pièce, ainsi que de vos propres exemples.

Ici l'articulation de la réflexion est déjà présente dans le sujet : aubaine ! Il y a une contradiction idéale, une problématique pré-mâchée ! Comment une pièce peut à la fois faire rire et donner des frissons ? Corriger par le ridicule (castigat ridendo mores ) et purger par la crainte (catharsis) ?

Evidemment on peut présenter la problématique comme ça : nous allons étudier dans un commentaire composé de quelle manière Molière fait cohabiter le registre comique au registre tragique dans Don Juan.

MAIS, tomber dans le commentaire balourd cela nous donne quelque chose comme ça :

I) Le comique

       1) (j'invente au hasard) le comique de geste
       2) le comique de situation
       3) un comique satirique

II) Le tragique
       
       1) inéluctabilité du caractère de don juan
       2) le déshonneur mis en scène
       3) mort et vengence, l'enfer du pêcheur


donc; Don juan à la fois corrige les meours en exposant le ridicule et la sottise, mais fait également craindre le châtiment divin par cette descente aux enfers finale.

je carricature naturellement. Voilà un exemple type du devoir de bac qui se résume entièrement à l'ENUMERATION. C'est à dire qu'ai je fait ? J'ai ENUMERE dans leur grandes lignes tous les arguments que je trouvais pour étoffer mon plan. Il y a ça, ça ça et ça à dire sur le comique. Voilà la tentation, et voilà le risque, et voilà un devoir moyen _ à mon avis, et parce que je suis méchante.
Ce devoir est un crachage de données. Rien qui n'ai été mastiqué, rien qui ne se soit subséquemment transformé en bouillie homogène, nutritive, clairement assimilée.

La cohérence, c'est glisser d'une idée à une autre comme par inadvertance. Et si possible rebondir en fin de partie sur une contradiction qui relance le débat. Rien de plus compliqué en apparence, rien de plus artificiel et aisé en vérité. Car tout est interprétation.


Tout d'abord : mediter le sujet. Chercher tes exemples. Qu'est ce qui est comique dans Don Juan ? Sganarelle ? Et pourquoi ? Pourquoi est-il comique ? Parce que c'est le personnage type des valets de Molière. Parce que sa fonction est d'être comique. Et dans quels cas ?  Briser par un mot absurde, une pirouette ou un soufflet une situation qui pourrait être dramatique. Ha ! Un exemple ? Exemple : Pierrot furieux s'aperçoit que le noble qu'il a sauvé de l'eau courtise sa fiancé, et veut la lui enlever. Il s'interpose et menace DonJuan qui le menace à son tour. Situation dramatique, que Sganarelle sauve en partie en recevant le soufflet destiné à Pierrot. Mieux, il botte à son tour le derrière du marot qu'il défendait une minute avant. L'esclandre public, le futur déshonneur de Charlotte et peut être la mort de Pierrot se sont mués grâce à son intervention en joyeuse partie de baffes, son équivalent bouffon. Autre exemple : lorsque le spectre apparaît et annonce à Don Juan que son temps de grâce est désormains compté, apparition aussi fatale que fantastique, Sganarelle renverse la tension effrayante du moment en insérant à nouveau un de ses monologues sans queue ni tête. Mais alors le spectre, dont il corroborre l'avertissement, en devient bouffon lui aussi : ils ont la même morale. Ainsi Don Juan peut tranquillement hausser les épaules : son apparition est relativisée, de sorte qu'il plonge droit dans l'abîme dont la double supplication du spectre et de Sganarelle eut voulu l'écater. Ici le comique relativise les affets du tragique
Il y a là une réfléxion à saisir. Les habitués de cet exercice te le diront : c'est juste en poussant un peu le fil des exmples, en cherchant le pourquoi et le pourquoi du pourquoi qu'emergent les contradictions et les grands fils qui, par déduction vont te tirer jusqu'à ta problématique.

J'en invente une : toujours au hasard. Ne vas pas ressortir ce plan en pensant qu'il puissê être bon : c'est juste pour servir d'exemple.

En introduction, il est toujours bon de resituer ton corpus dans un contexte : un siècle, un courrant d'idées, quelque chose qui en principe le caractérise. Cela prouve, 1) ta grande culture (n'est ce pas ? tsss, on est modeste en plus) 2) que tu sait identifier les grands courrants esthétiques ainsi qu'on les admet  3) cela permet souvent d'intrduitre une problématique style "ce roman est considéré comme l'emblème de tel courrant littéraire, pourtant il s'en éloigne par de nombreux points, et nous allons voir lesquels".

Par exemple ici Molière est considéré comme le pillier comique du théâtre classique comme Racine en est la pillier tragique. Or, le classissime répugne au mélange des genres. Il le proscrit : une pièce est soit comique avec des valets et des bourgeois ridicules, soit tragique avec des rois et des héros. (Bienséance ! évoquer la troisième unité de la fameuse règle classique) Or, après une lecture de Don Juan il est évident que cette pièce allie les registres tragique et comique blabla bla.... étoffer, étoffer ... Faut-il considérer Don Juan comme une entorse aux règles du théâtre classique? Quel(s) effet(s) dramaturgique Molière a-t-il introduits par cette interpénétration des registres ? Quel en est l'enjeu ?


Ceci pour te donner une idée. Après cela je continue (ce plan est bien entendu pris à valeur d'exmeple, il n'a aucune légitimité en dehors de cette page internet)

Une dernière chose : si ma mémoire est bonne il est interdit de faire figurer son plan sur une copie de commentaire : es parties doivent être annoncées avec des phrases comme : nous étudierons dans cette deuxième partie l'aspect etc etc.... Tout doit être rédigé. Le plan avec I), II) c'est juste une aide mémoire.


I) CASTIGAT MORES (corriger les moeurs)
    1) le rire, appanage des humbles
dans cette pièce tout l'effet comique est accaparé par les personnages humbles, valets, paysans, qui sont drôles justement parce que ce sont leurs travers grossiers qui sont exposés : l'accent de Pierrot, la tendance de Sganarelle à "faire l'instruit".... On retrouve ainsi les personnages traditionnels des autres pièces de Molière (cf scène du médecin : c'est encore un sganarelle qui se déguise en médecin) Mais si le rire est l'apanage des humbles, que dire de don Juan, qui est noble et le personnage principal ?
    2) de ce constat on glisse à l'idée que le personnage noble lui n'est pas drôle : le comique de geste est inopérant sur lui (ex : les soufflets qu'on lui addresse ne lui parviennent pas  : ils frappent le valet) pas plus que le comique de dialecte (il parle bien et manipule les autres pas son éloquence ) pas plus que le comiqu de situation (ex: losque Mathhurine et Charlotte le mettent au pied du mur et le somment de s'expliquer, au lieu de se trouver dans l'embarras qui devrait être le sien, et se trouver confronté au ridicule d'avouer son imposture il s'en sort encore, en gardant tout son sang froid !) Y a t-il un conflit entre comique et sérieux dans Don Juan ? Existe-t-il un rapport de hiérarchie comme il existe entre Don Juan et ses valets ?
    3) dans cette troisième partie on s'en rapporte aux discussions tête à tête de Don Juan et de Sganarelle, l'un toute essence comique, l'autre toute essence tragique. On étudie les rapport qui est le leur. Sganarelle cherche bel et bien à corriger les moers de Don Juan. Mais l'ennui est qu'il ne sait que faire rire, et que le noble blasé prend sa morale comme un amusement. Même parlant de l'enfer, de la charité, de la pièté qui sont des idées sérieuses, Sganarelle en vient à être bouffon. (cf : le moine bourru )

Question : Les deux registres, comique et rtagique sont-ils si mélangés que cela, puisqu'ils ne parlent apparemment pas la même langue et ne peuvent se comprendre ("je crois que deux et deux font quatre Sagnarelle". Don Juan parle sous entendus, métaphores et symboles, Sganarelle répond gestes, sophismes et charabia) Leur juxtaposition ici, et la catastrophe finale ne sont elles pas au contraire les meilleures preuves de leur hétérogénéité ?

.......

vers partie II) :



(toujours prendre le dernier constat et le pousser dans son retranchement. Mais alors si cela, cela veut dire que .... ?  etc, et on se ménage ainsi une transistion conhérente.

Voilà ! Je sais naturellement que cela ne se fait pas par simple copié-collé. C'est une HABITUDE que l'exercice littéraire vous donne à force de PRATIQUE. Seule la PRATIQUE peut te faire reconnaître un plan conhérent, linéaire d'un plan énumératif.   
Et voilà ma dernière recommandation : même si malheureusement il est un peu tard pour l'epreuve du bachot. PRATIQUER. T'exercer comme cela, à vide, prendre un sujet et faire ton plan. Inutile de lire trente mille fiches de méthodologie _ s'exercer encore, plusieures fois, même sans traiter le sujet : simplement dégager un plan ou une problématique, struturer tes idées et les penser non en liste, mais comme un chemin le long duquel tu avances sans perdre de vue ton obectif final. Fais des séances avec tes amies:  donnez vous une demie heure pour trouver une ébauche de plan, et corrigez vous. Faites des sujets au hasard (cherchez les annales de bac). Et si un sujet te résiste, change-en ! Ce ne sont pas les sujets qui manquent, tu y reviendras quand tu auras plus de recul. S'acharner sur le même devoir pour l'améiorer, l'améliorer,  est souvent moins bénéfique que d'en prendre un autre depuis le commencement.  Bref, il n'y a qu'une chose à faire, et elle est entre tes mains : se relever les manches. Voilà mon dernier mot _plutôt que de quémander une "formule de commentaire magique"


Aller, je finis le sujet pour le plaisir ...

II) MISE EN ABIME DU THEATRE?


     1) Insuffisance de la comédie  :
Si Sganarelle s'efforce de corriger les moeurs de don Juan, il échoue _ et précisément parce qu'il le fait rire. Mais il existe d'autres personnes qui cherchent à corriger ces moeurs dissolues. Leur voie est impregnée d'un autre registre : Donne Elvire, en femme outragée d'abord, crie vengeance, réclame une passion égale à la sienne. C'est une Bérénice, une Phèdre. Puis son frère, qui tiens le langage de l'honneur _ c'est un Rodrigue. Don Luis enfin, qui tient le langage de la noblesse et du rang social. Chaque ont des discours impregnés de tragédie, chaque ont l'étoffe de ces personnages. Si Don Juan est sourd à la leçon de morale du comédien, il devrait alors être impressionné de celui du tragédien ...

     2) Pourquoi ne n'est-il pas plus ? C'est que pour chaque personnage tragique qui passe et lui fait un sermon imprégné de grandeur et de sublime, il leur répond lui sur le mode comique et les tourne en ridicule. Il met en face de la fureur de Donne Elvire le substitut grotesque de Sganarelle, qui n'en peut mais. Il oppose à Don Luis une hypocrisie qui rend le noble vieillard gobe-mouche, et lui fait donner dans le panneau. Au frère gentilhomme, il fait croire qu'il connaît intimement ce don Juan, mauvais coucheur dont il a tant à se plaindre, et se propose quand il voudra de le lui faire voir _ à tel point que celui-ci se déclare à son insu l'obligé de son pire ennemi ! Don Juan rend comiques les discours tragiques

      3) Mais alors, le personnage de Don Juan n'est sensible ni à la comédie, ni à la tragédie, et ne peut être corrigé. " Je crois que deux et deux font quatre, Sganarell". Cette pièce est la mise en abîme d'un échec du théâtre. Parabole à introduire sur l'art de Molière.

Et comme ceci ma troisième partie extrapole et prend un peu de recul. Elle ouvre sur d'autres sujets. J'ai accompli mon tour de boucle, je peux conclure.


Donc, cette pièce écrite par un Molière au sommet de son art (situer dans carrière) comporte une réflexion sur le théâtre. etc etc... Elle pose la question de la pertinence des registres, pour corriger un monde qui est fait de bien comme de mal, d'ambiguités, de scepticisme, de nuances.

22

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour à tous, je suis en première littéraire et le bac arrive à grand pas, je dois avouer que je suis littéralement morte de peur ! Durant ces vacances je vais commencer à faire des fiches pour tous mes commentaires vus en cours, seulement je sais pas vraiment comment faire, en abrégé? ou tout écrire? Parce que sur des petites fiches cartonnées il y en faudrait plusieurs pour un seul commentaire, je sais pas comment vous faites, si vous pourriez me donner vos méthodes ce serait super gentil smile ! de plus je sais vraiment pas comment faire pour réviser car je suis une tête de linotte, j'ai environ 15 de moyenne en français, seulement jai eu 4 et 7,5 aux bacs blancs ya de quoi flipper !!! SOS  sad http://www.etudes-litteraires.com/forum … es/sad.png

23

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour, alors la situation est alarmante, je suis en première littéraire, si vous pouvez m'aider vous seriez mon ange gardien !!  cool Et THE problème c'est que je ne sais pas faire un commentaire littéraire, on à eu beau m'expliquer des dizaines de fois, rien à faire je comprends pas et le bac est dans quelques semaines, aidez moi jsuis pire que flippée ! je ne suis pourtant pas une mauvaise élève, jai 15 de moyenne en francais ! Merci beaucoup d'avance !

Méthode pour le commentaire composé

Le problème c'est qu'on ne pourra rien faire d'autre que t'expliquer la même chose encore une fois, et ça ne t'avancera pas plus... Tu as 15 sur quel type de devoir alors ?
Peut-être que tu devrais prévoir un ou deux cours particuliers exceptionnellement pour bien pouvoir poser toutes tes questions et déterminer pourquoi tu n'y arrives pas...

25

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour,
je passe en première l'année prochaine et suite à des difficultés concernant une méthode de commentaire, je me suis fait un petit récapitulatif pour l'améliorer calqué sur certains sites et livres, pouvez vous me donnez votre avis sur celui ci?
N'hésitez surtout pas à suggérer de modifier telle ou telle chose ou à étoffer une partie de ce que j'ai écris. J'ai aussi appris par coeur plein de synonymes de parler, de traduire,... dans le but de varier les verbes, est ce une bonne idée ? Pour info je tournais dans les 15 - 16 l'année passée et ça ne me satisfait pas.

Voilà la bête,

I ) Préliminaires
1) Prendre un brouillon
2) Lire paratexte
Notez - Date de l'oeuvre
            - Nom de l'auteur
3) Lire le texte

4) Nature?= Genre ( roman, fable, poésie, pièce de théâtre... ) Type ( narratif, descriptif, argumentatif... ) Thème ( les fenêtres, les mineurs, la cour de Louis XIV... )
5) Informations sur l'auteur ( date de naissance, position sociale... )  littéraire ( naturalisme, réalisme... )
6) Registre ( épique, tragique, ironique, comique, satirique... )
7) Situation d'énonciation? ( Qui parle? A qui? Où? Quand? )
8) Comment progresse le texte? Quelle est sa composition?
9) Buts de l'auteur? ( Faire rire, faire la satire de, créer une atmosphère, une harmonie entre... )

II ) Définition et axes
1) Faire une définition à l'aide des réponses trouvées:
Genre + Type + Thème du texte + Mouvement littéraire + Registre ou qualifications du texte par des adjectifs + Buts de l'auteur

Ex: Poème en vers libre ( genre ), qui décrit ( type ) une maison et ses alentours ( thème ), qui raconte ( type ) une séparation amoureuse ( thème ) lyrique, élégiaque ( registres ), mystérieuse, triste, énigmatique ( adjectifs ), pour créer une atmosphère et rendre compte des sentiments lors de la séparation et pour marquer l'harmonie entre l'intérieur et l'extérieur ( buts de l'auteur )

2) Chaque élément de la définition peut correspondre à un aspect du texte, trouvez les.
3) Surligner dans le texte les mots correspondants aux aspects qui fourniront des exemples ( citations )
4) Regrouper les aspects en deux ou trois axes

III ) Composer l'introduction

1) Accroche: elle situe le texte dans un contexte littéraire (genre,époque, mouvement littéraire, thème etc.)
Exemples:
- au [XIXe] siècle, le courant [naturaliste] se développe avec les romans de [Zola]
- à la fois [novatrice et traditionnelle], la poésie du [début du XXe siècle] est représentée par [Apollinaire]
- dans un siècle de [contestation et de critique sociale comme le XVIIIe siècle], la littérature d’idées trouve dans le genre de [l’essai] un moyen efficace de propagation

2) Présentation du texte ( titre, auteur, problématique à laquelle le commentaire va répondre )
Exemples:
- ainsi, dans [Madame Bovary], roman de[Gustave Flaubert] publié en [1857], l’auteur propose, au chapitre [VI], un portrait de [son héroïne, Emma] ou l’auteur fait le récit de … ou l’auteur propose un dialogue entre…
- on le voit clairement dans le poème intitulé [" Souvenir de la nuit du quatre "], tiré du recueil [Les Châtiments] de [Victor Hugo] écrit en [1852] où l’auteur [se livre à une critique sans nuance de Napoléon III]  où l’auteur [exprime ses sentiments de révolte et de chagrin]

2bis ( facultatif ) Problématique ( à compléter )

3) Annonce du plan
Deux ou trois axes
Exemples de formulation:
- nous nous proposons, pour commencer, de… , puis de…, enfin de…
- nous analyserons d’abord…, puis nous étudierons…, enfin nous examinerons…
- la première partie de notre commentaire sera consacrée à…, la seconde montrera comment…, la troisième…

IV) Construire un paragraphe
Règles:
Jamais de paraphrase ( = raconter l'énoncé d'une façon différente )
Jamais le fond sans la forme = ne pas signaler un procédé de style sans indiquer l'effet produit sur le lecteur ou l'idée qu'il soutient.

Trois composantes indispensables:
Idée                                             Citation                                      Qualification
I                                                           C                                                   Q

Moyen mnémotechnique : ICQ

V) Commenter un procédé de style
1) Que traduit-il?
2) Quelle impression crée t-il?
3) A quoi sert-il?

Citer les mots qui soutiennent ce procédé.
Éviter la répétition de même mots pour lier idée et procédé de style
Exemple:
- par ce procédé, l'auteur montre, exprime, traduit, suggère, marque, souligne, révèle, dévoile, reflète, peint, dépeint, témoigne de, rend, compte de, met en valeur, en relief, en évidence, en lumière, en perspective...
- ce procédé suscite, provoque, fait naître, à pour effet de, transmet...

VI) Insérer une citation
Citer une phrase ou partie de phrase respectant le texte = utiliser guillemets + crochets si coupure

Éléments épars ( champ lexical ) = guillemets entre chaque mot et virgules

Résumé d'un passage = très court

Référence à une ligne, un paragraphe , une strophe = donner les informations nécessaires à la compréhension de la référence.

VII) Composer une conclusion
1) Rapide synthèse du texte ( = 5 lignes )
2) Jugement sur le texte et son intérêt littéraire
3) Ouvrir des perspectives plus larges:
- influence du texte
- rapprochements avec d'autres extraits ou oeuvres
- rapprochement avec d'autres arts ( peinture, musique... )

Éviter les generalités
Le(s) rapprochement(s) doit avoir un réel intérêt avec le texte.

Méthode pour le commentaire composé

De très bonnes méthodes dans l'ensemble.

27 (Édité par webmestre 06/11/2013 à 20:00)

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour à tous,

Alors voila, la semaine prochaine, j'ai un commentaire composé en classe sur Dom Juan et je suis un peu perdu !

J'ai tellement lu d'information sur le net + le cour que je ne sais plus comment faire un ComC correctement.
Est-il possible qu'elle nous donne un ComC sur l'oeuvre en général ? Ou sa sera seulement sur 1 scène ?
Si c'est une scène que l'on a pas vue en cours, comment trouver correctement les différents axes du plan par soi même ?

Merci d’avance

Méthode pour le commentaire composé

Le commentaire composé porte sur un extrait de vingt lignes.
Il serait impossible de faire un commentaire d'une œuvre entière, cela existe mais il s'agit d'une étude critique et ça ne se réalise pas en quatre heures.

En principe, vous travaillez avec votre professeur à acquérir les méthodes qui vous permettent de trouver vos  axes tout seul comme un grand. A l'écrit du bac, vous ne connaitrez pas le texte, par hypothèse. Entrainez-vous à improviser.

29 (Édité par louloulou 07/12/2013 à 14:53)

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour,
D'habitude lorsque je réalise un plan en 3 axes je commence toujours par un axe présentant le texte, son genre, registre etc...
Du type :
I. Un poème-tableau lyrique
I. Un poème pictural, quasi cinématographique.

Et je me pose des questions sur cette méthode :
Est-elle appréciée des professeurs ?
Car on dit souvent qu'il faut lier fond et forme.

30

Méthode pour le commentaire composé

Souvent ??? Toujours !!!