1

Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre V

Bonjour tout le monde smile

je suis nouvelle sur ce forum : élève en TL au lycée Louis le Grand, à Paris.
Voilà, en révisant la lettre V à Lucilius de Sénèque (pour l'oral de latin), j'ai rencontré un petit problème...  Je me suis dit que peut-être certains parmi vous auraient quelques indices smile Ci-joint le début de la lettre (dans laquelle Sénèque fait l'éducation philosophique de son ami Lucilius. Il insiste ici sur le comportement que doit adopter le philosophe au sein de la cité).

Quod pertinaciter studes et omnibus omissis hoc unum agis, ut te meliorem cotidie facias, et probo et gaudeo, nec tantum hortor ut perseveres, sed etiam rogo.
Illud autem te admoneo, ne eorum more qui non proficere sed conspici cupiunt, facias aliqua quae in habitu tuo aut genere vitae notabilia sint.

C'est la deuxième phrase qui me pose problème. Si on l'écrit en "ordre français", ça donne :
Autem admoneo te illud, ne facias, more eorum qui cupiunt non proficere sed conspici, aliqua quae in tuo habitu aut genere vitae notabilia sint.

Soit : Mais je te conseille (fermement) de ne pas faire, à la manière de ceux qui désirent non pas progresser mais être regardés, quoi que ce soit de remarquable/singulier dans ton aspect extérieur ou dans ton mode de vie. (C'est la traduction de mon cours).

Or, l'emploi de aliqua me rend perplexe. Ou bien il s'agit d'un nominatif féminin, ou bien d'un ablatif féminin. Dans les deux cas, comment justifier le féminin ? Peut-on sous-entendre "res" ?! Et dans les deux cas encore, aliqua ne peut pas être, comme dans la traduction, le COD de facias.

Ça me frustre un peu de ne pas pouvoir expliquer la construction de la phrase, je bloque depuis assez longtemps. Si jamais vous avez une piste...

Merci beaucoup d'avance !

2

Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre V

à mon avis et aussi selon l'avis de ma grammaire latine tongue aliqua = neutre pluriel ( et pas besoin de res avec les neutres pluriel)

Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre V

Hum... je vais essayé, je te promets rien.

Attention déjà :

Autem te admoneo illud => Mais je te conseil cela ( = démonstratif, accusatif singulier )
( la traduction de "admoneo" = avertir; normalement. Mais si on le traduisait ainsi, le démonstratif ne serait plus un COD mais un COI... donc ça n'irait pas. )

Sinon pour ton soucis :

Aliqua quae sint notabilia ( grrr.. chaud ce truc yikes ) = quoi que ce soit de singulier
Aliqua = Pourtant, tu l'as bien traduit. Pronom adj. ablatif singulier indéfini. Il me semble que ça reprend justement le " aut genere vitae notabilia "... sans certitude.

Tu devrais demander à déplacer ton message dans " langue ancienne "

Edit : Ah trop lente. Mais c'est vrai que ça peut etre aussi un nominatif ou vocatif pluriel neutre! yikes Je n'y ai pas pensé.

4

Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre V

[quote=PhantineS
]Or, l'emploi de aliqua me rend perplexe. Ou bien il s'agit d'un nominatif féminin, ou bien d'un ablatif féminin. Dans les deux cas, comment justifier le féminin ? Peut-on sous-entendre "res" ?! Et dans les deux cas encore, aliqua ne peut pas être, comme dans la traduction, le COD de facias.

Je suis d'accord avec bestnounouillette : Aliqua est bien un neutre pluriel (substantivé), à l'accusatif , et non un féminin ; il est COD de facias et antécédent de quae.  ( ce qui est confirmé par le fait que Sint est au pluriel, aliqua ne peut donc pas être un singulier).