Méthode pour le commentaire composé

On ne peut pas dégager une problématique comme ça, de but en blanc... Il faut commencer l'étude du texte pour bien cerner ses enjeux, sa spécificité, son registre... Ensuite je pense qu'il faut lire un certain nombre de problématiques sur le même genre littéraire pour comprendre un peu mieux en quoi cela consiste exactement.

Pour le commentaire normalement il n'y a pas 50 méthodes non plus, même si parfois on n'emprunte pas tous les mêmes chemins pour arriver au même résultat...

Tu dois vraiment "entrer" dans ton texte, et t'interroger de façon méthodique. Je veux dire que tu peux le lire 10 fois, si tu ne sais pas ce que tu cherches, ça ne viendra pas tout seul. Donc tu t'interroges sur le thème exact, l'enjeu du passage dans le roman (est-ce une scène qui fait avancer l'action ? qui décrit le décor ? qui permet de dévoiler un aspect du personnage ? etc), sur le registre, la visée de l'auteur (nous toucher, nous faire rire, nous faire réfléchir...).
Puis tu cherches à percevoir la construction du texte, tu peux donner des sortes de titres à chaque partie pour y voir plus clair.
Ensuite tu devrais commencer à pouvoir dégager une problématique. Mais il faut encore étudier le texte en détails : procédés mis en oeuvre par l'auteur pour nous toucher ou nous dévoiler tel aspect du personnage, pour nous "plonger" dans le récit, enfin selon la visée et le registre du passage. Cela comprend les figures de style, la grammaire, les modes et temps, les champs lexicaux, les types de phrase, le choix des pronoms, etc.
Si tu as mené à bien toutes ces étapes (oui c'est long), tu verras apparaître des axes pour regrouper tes remarques afin de répondre à ta problématique.

22

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour à tous !

URGENT. Demain j’ai bac blanc de français et en relisant un commentaire fait en classe je me pose les questions suivantes :

1    Mon professeur me reproche également de ne pas assez développer certaines notions ou remarques. Seulement, n’est-ce pas un risque que de développer de mauvaises notions (perdre du temps, et fournir un travail mal structuré car trop étoffé pour des choses qui n’ont pas besoin d’être approfondies) ?

2    Dans mon introduction je me suis trompée quant au mouvement littéraire dans lequel s’inscrivent las romans de Giono, ce que mon professeur m’a reproché dans sa correction. Mais, ne vaudrait-il pas mieux de délivrer de informations fausses plutôt que pas du tout histoire de faire apparaître un plan bien structuré ?

Merci beaucoup et bon dimanche.

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour,

Pour moi, ton professeur a raison, il faut que tu développes les notions dans ton commentaires, que tu argumentes ta pensée, ce que tu dis sur le texte. Bien sûr, si tu n'es pas sûre de ces notions, ne les développe pas. Impregne toi du texte, lis le plusieurs fois pour voir l'effet qu'il produit sur toi et ensuite, cherche à découvrir ce qui dans le texte crée de tels effets chez le lecteur (par exemple, un passage pathétique, qui produit la pitié et la compassion chez toi peut mettre en oeuvre des gradation, des hyperboles, des intensifs, un champ lexical de la douleur, des anaphores etc., un discours argumentatif qui a tendance à emporter l'adhésion du lecteur peut se servir de différents arguments, argument d'autorité, d'analogie, réfutation totale de la thèse inverse ...).

Par contre, lorsque tu n'es pas sûre du mouvement littéraire dans lequel peut s'inscrire le texte, il vaut mieux ne pas parler d'un mouvement littéraire, dans le doute de faire un contresens total (par exemple, dire que Gautier a uniquement appartenu au romantisme serait totalement faux puisqu'il a ensuite fondé le mouvement Parnassien qui à beaucoup d'égards s'oppose au romantisme).

24

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour, je suis en première Littéraire, bientôt le bac de francais!! héhé..
Une année difficile et très envie de cartonner au BAC, pourtant impossible de comprendre la méthode imposée par notre professeur de lettres, Alors, je souhaite donc vous demander :
Est ce que quelqu'un aurais une méthode simple pour rédiger un beau commentaire digne d'une littéraire...?
Bien à vous
Lou

Méthode pour le commentaire composé

Il y a une méthode sur ce site il me semble, en général elles sont de qualité...

Méthode pour le commentaire composé

Coucou !

bon, alors pas de stress. Déjà je commencerai par dire que rassure-toi des problèmes de méthode, tout le monde en a ! Tout le monde y compris le prof, les corrigés duquel on aura du mal à soumettre à un confrère sans qu'il n'y trouve en long en large et en travers quelque chose à redire.

Mais puisque nous avons commencé par les grandes vérités générales, je vais poursuivre avec celle-ci : c'est vrai, ce qui fait qu'un devoir est mieux noté qu'un autre ce n'est pas forcément la qualité de la réféxion qui est meilleure _ loin s'en faut !  C'est simplement que le correcteur a pu lire ton devoir d'un bout à l'autre sans s'ennuyer, sans trouver de répétition ni de hors sujet, observer une progression logique  de ta pensée et un fil conducteur bien défini, capable de subordonner l'introduction de nouvelles idées à la problématique déjà en cours, de voir du renouveau sans pour autant subir de zigzag; bref, stop aux tergiversures : c'est la méthode selon laquelle tu auras organisé ton devoir qui fera la différence.

Pour ce, il n'est pas à tout prix indespensable de rechercher l'originalité! Paradoxal, triste, injustifié, je sais mais pourtant vrai. Un excellent devoir est fait de conventions. Se fier à la statistique reste encore un assez bon indice : étant donné que Balzac est mort en 1850, que nous sommes en 2010 et qu'il se publie en moyenne quelques dizaines de milliers d'articles littéraires par an on peut admettre généralement quil n'y a absolument plus rien de neuf à dire sur Balzac.

L'important n'est pas ce qu'on dit mais comment on le dit.

Et pour cela on arrive à mon maître mot : cohérence.


Un professeur te sera toujours reconnaissant d'éviter le modèle :
Parite 1 : tel thème
Partie 2 : tel autre thème
conclusion : on retrouve ces deux thèmes dans notre texte.

Prenons un exemple :(pour reprendre un sujet que j'ai lu sur le forum)
Sujet : vous traiterez dans un commentaire composé du comique et du tragique dans le Don Juan de Molière. Vous vous inspirerez d'exemples précis tirés de la pièce, ainsi que de vos propres exemples.

Ici l'articulation de la réflexion est déjà présente dans le sujet : aubaine ! Il y a une contradiction idéale, une problématique pré-mâchée ! Comment une pièce peut à la fois faire rire et donner des frissons ? Corriger par le ridicule (castigat ridendo mores ) et purger par la crainte (catharsis) ?

Evidemment on peut présenter la problématique comme ça : nous allons étudier dans un commentaire composé de quelle manière Molière fait cohabiter le registre comique au registre tragique dans Don Juan.

MAIS, tomber dans le commentaire balourd cela nous donne quelque chose comme ça :

I) Le comique

       1) (j'invente au hasard) le comique de geste
       2) le comique de situation
       3) un comique satirique

II) Le tragique
       
       1) inéluctabilité du caractère de don juan
       2) le déshonneur mis en scène
       3) mort et vengence, l'enfer du pêcheur


donc; Don juan à la fois corrige les meours en exposant le ridicule et la sottise, mais fait également craindre le châtiment divin par cette descente aux enfers finale.

je carricature naturellement. Voilà un exemple type du devoir de bac qui se résume entièrement à l'ENUMERATION. C'est à dire qu'ai je fait ? J'ai ENUMERE dans leur grandes lignes tous les arguments que je trouvais pour étoffer mon plan. Il y a ça, ça ça et ça à dire sur le comique. Voilà la tentation, et voilà le risque, et voilà un devoir moyen _ à mon avis, et parce que je suis méchante.
Ce devoir est un crachage de données. Rien qui n'ai été mastiqué, rien qui ne se soit subséquemment transformé en bouillie homogène, nutritive, clairement assimilée.

La cohérence, c'est glisser d'une idée à une autre comme par inadvertance. Et si possible rebondir en fin de partie sur une contradiction qui relance le débat. Rien de plus compliqué en apparence, rien de plus artificiel et aisé en vérité. Car tout est interprétation.


Tout d'abord : mediter le sujet. Chercher tes exemples. Qu'est ce qui est comique dans Don Juan ? Sganarelle ? Et pourquoi ? Pourquoi est-il comique ? Parce que c'est le personnage type des valets de Molière. Parce que sa fonction est d'être comique. Et dans quels cas ?  Briser par un mot absurde, une pirouette ou un soufflet une situation qui pourrait être dramatique. Ha ! Un exemple ? Exemple : Pierrot furieux s'aperçoit que le noble qu'il a sauvé de l'eau courtise sa fiancé, et veut la lui enlever. Il s'interpose et menace DonJuan qui le menace à son tour. Situation dramatique, que Sganarelle sauve en partie en recevant le soufflet destiné à Pierrot. Mieux, il botte à son tour le derrière du marot qu'il défendait une minute avant. L'esclandre public, le futur déshonneur de Charlotte et peut être la mort de Pierrot se sont mués grâce à son intervention en joyeuse partie de baffes, son équivalent bouffon. Autre exemple : lorsque le spectre apparaît et annonce à Don Juan que son temps de grâce est désormains compté, apparition aussi fatale que fantastique, Sganarelle renverse la tension effrayante du moment en insérant à nouveau un de ses monologues sans queue ni tête. Mais alors le spectre, dont il corroborre l'avertissement, en devient bouffon lui aussi : ils ont la même morale. Ainsi Don Juan peut tranquillement hausser les épaules : son apparition est relativisée, de sorte qu'il plonge droit dans l'abîme dont la double supplication du spectre et de Sganarelle eut voulu l'écater. Ici le comique relativise les affets du tragique
Il y a là une réfléxion à saisir. Les habitués de cet exercice te le diront : c'est juste en poussant un peu le fil des exmples, en cherchant le pourquoi et le pourquoi du pourquoi qu'emergent les contradictions et les grands fils qui, par déduction vont te tirer jusqu'à ta problématique.

J'en invente une : toujours au hasard. Ne vas pas ressortir ce plan en pensant qu'il puissê être bon : c'est juste pour servir d'exemple.

En introduction, il est toujours bon de resituer ton corpus dans un contexte : un siècle, un courrant d'idées, quelque chose qui en principe le caractérise. Cela prouve, 1) ta grande culture (n'est ce pas ? tsss, on est modeste en plus) 2) que tu sait identifier les grands courrants esthétiques ainsi qu'on les admet  3) cela permet souvent d'intrduitre une problématique style "ce roman est considéré comme l'emblème de tel courrant littéraire, pourtant il s'en éloigne par de nombreux points, et nous allons voir lesquels".

Par exemple ici Molière est considéré comme le pillier comique du théâtre classique comme Racine en est la pillier tragique. Or, le classissime répugne au mélange des genres. Il le proscrit : une pièce est soit comique avec des valets et des bourgeois ridicules, soit tragique avec des rois et des héros. (Bienséance ! évoquer la troisième unité de la fameuse règle classique) Or, après une lecture de Don Juan il est évident que cette pièce allie les registres tragique et comique blabla bla.... étoffer, étoffer ... Faut-il considérer Don Juan comme une entorse aux règles du théâtre classique? Quel(s) effet(s) dramaturgique Molière a-t-il introduits par cette interpénétration des registres ? Quel en est l'enjeu ?


Ceci pour te donner une idée. Après cela je continue (ce plan est bien entendu pris à valeur d'exmeple, il n'a aucune légitimité en dehors de cette page internet)

Une dernière chose : si ma mémoire est bonne il est interdit de faire figurer son plan sur une copie de commentaire : es parties doivent être annoncées avec des phrases comme : nous étudierons dans cette deuxième partie l'aspect etc etc.... Tout doit être rédigé. Le plan avec I), II) c'est juste une aide mémoire.


I) CASTIGAT MORES (corriger les moeurs)
    1) le rire, appanage des humbles
dans cette pièce tout l'effet comique est accaparé par les personnages humbles, valets, paysans, qui sont drôles justement parce que ce sont leurs travers grossiers qui sont exposés : l'accent de Pierrot, la tendance de Sganarelle à "faire l'instruit".... On retrouve ainsi les personnages traditionnels des autres pièces de Molière (cf scène du médecin : c'est encore un sganarelle qui se déguise en médecin) Mais si le rire est l'apanage des humbles, que dire de don Juan, qui est noble et le personnage principal ?
    2) de ce constat on glisse à l'idée que le personnage noble lui n'est pas drôle : le comique de geste est inopérant sur lui (ex : les soufflets qu'on lui addresse ne lui parviennent pas  : ils frappent le valet) pas plus que le comique de dialecte (il parle bien et manipule les autres pas son éloquence ) pas plus que le comiqu de situation (ex: losque Mathhurine et Charlotte le mettent au pied du mur et le somment de s'expliquer, au lieu de se trouver dans l'embarras qui devrait être le sien, et se trouver confronté au ridicule d'avouer son imposture il s'en sort encore, en gardant tout son sang froid !) Y a t-il un conflit entre comique et sérieux dans Don Juan ? Existe-t-il un rapport de hiérarchie comme il existe entre Don Juan et ses valets ?
    3) dans cette troisième partie on s'en rapporte aux discussions tête à tête de Don Juan et de Sganarelle, l'un toute essence comique, l'autre toute essence tragique. On étudie les rapport qui est le leur. Sganarelle cherche bel et bien à corriger les moers de Don Juan. Mais l'ennui est qu'il ne sait que faire rire, et que le noble blasé prend sa morale comme un amusement. Même parlant de l'enfer, de la charité, de la pièté qui sont des idées sérieuses, Sganarelle en vient à être bouffon. (cf : le moine bourru )

Question : Les deux registres, comique et rtagique sont-ils si mélangés que cela, puisqu'ils ne parlent apparemment pas la même langue et ne peuvent se comprendre ("je crois que deux et deux font quatre Sagnarelle". Don Juan parle sous entendus, métaphores et symboles, Sganarelle répond gestes, sophismes et charabia) Leur juxtaposition ici, et la catastrophe finale ne sont elles pas au contraire les meilleures preuves de leur hétérogénéité ?

.......

vers partie II) :



(toujours prendre le dernier constat et le pousser dans son retranchement. Mais alors si cela, cela veut dire que .... ?  etc, et on se ménage ainsi une transistion conhérente.

Voilà ! Je sais naturellement que cela ne se fait pas par simple copié-collé. C'est une HABITUDE que l'exercice littéraire vous donne à force de PRATIQUE. Seule la PRATIQUE peut te faire reconnaître un plan conhérent, linéaire d'un plan énumératif.   
Et voilà ma dernière recommandation : même si malheureusement il est un peu tard pour l'epreuve du bachot. PRATIQUER. T'exercer comme cela, à vide, prendre un sujet et faire ton plan. Inutile de lire trente mille fiches de méthodologie _ s'exercer encore, plusieures fois, même sans traiter le sujet : simplement dégager un plan ou une problématique, struturer tes idées et les penser non en liste, mais comme un chemin le long duquel tu avances sans perdre de vue ton obectif final. Fais des séances avec tes amies:  donnez vous une demie heure pour trouver une ébauche de plan, et corrigez vous. Faites des sujets au hasard (cherchez les annales de bac). Et si un sujet te résiste, change-en ! Ce ne sont pas les sujets qui manquent, tu y reviendras quand tu auras plus de recul. S'acharner sur le même devoir pour l'améiorer, l'améliorer,  est souvent moins bénéfique que d'en prendre un autre depuis le commencement.  Bref, il n'y a qu'une chose à faire, et elle est entre tes mains : se relever les manches. Voilà mon dernier mot _plutôt que de quémander une "formule de commentaire magique"


Aller, je finis le sujet pour le plaisir ...

II) MISE EN ABIME DU THEATRE?


     1) Insuffisance de la comédie  :
Si Sganarelle s'efforce de corriger les moeurs de don Juan, il échoue _ et précisément parce qu'il le fait rire. Mais il existe d'autres personnes qui cherchent à corriger ces moeurs dissolues. Leur voie est impregnée d'un autre registre : Donne Elvire, en femme outragée d'abord, crie vengeance, réclame une passion égale à la sienne. C'est une Bérénice, une Phèdre. Puis son frère, qui tiens le langage de l'honneur _ c'est un Rodrigue. Don Luis enfin, qui tient le langage de la noblesse et du rang social. Chaque ont des discours impregnés de tragédie, chaque ont l'étoffe de ces personnages. Si Don Juan est sourd à la leçon de morale du comédien, il devrait alors être impressionné de celui du tragédien ...

     2) Pourquoi ne n'est-il pas plus ? C'est que pour chaque personnage tragique qui passe et lui fait un sermon imprégné de grandeur et de sublime, il leur répond lui sur le mode comique et les tourne en ridicule. Il met en face de la fureur de Donne Elvire le substitut grotesque de Sganarelle, qui n'en peut mais. Il oppose à Don Luis une hypocrisie qui rend le noble vieillard gobe-mouche, et lui fait donner dans le panneau. Au frère gentilhomme, il fait croire qu'il connaît intimement ce don Juan, mauvais coucheur dont il a tant à se plaindre, et se propose quand il voudra de le lui faire voir _ à tel point que celui-ci se déclare à son insu l'obligé de son pire ennemi ! Don Juan rend comiques les discours tragiques

      3) Mais alors, le personnage de Don Juan n'est sensible ni à la comédie, ni à la tragédie, et ne peut être corrigé. " Je crois que deux et deux font quatre, Sganarell". Cette pièce est la mise en abîme d'un échec du théâtre. Parabole à introduire sur l'art de Molière.

Et comme ceci ma troisième partie extrapole et prend un peu de recul. Elle ouvre sur d'autres sujets. J'ai accompli mon tour de boucle, je peux conclure.


Donc, cette pièce écrite par un Molière au sommet de son art (situer dans carrière) comporte une réflexion sur le théâtre. etc etc... Elle pose la question de la pertinence des registres, pour corriger un monde qui est fait de bien comme de mal, d'ambiguités, de scepticisme, de nuances.

27

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour,
Je passe prochainement le concours des cadres de santé, et l'épreuve écrite consiste en un commentaire de texte avec argumentation.
Une personne pourrait m'expliquer une méthodologie simple du commentaire de texte afin que je me l'approprie.
Je vous en remercie.
Huguette   wink

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour Huguette,

Avez-vous consulté les fiches du site ? (Fiches de méthode.)

Muriel

29

Méthode pour le commentaire composé

Bonjour Muriel,

J'ai consulté les fiches méthodes, mais le commentaire de texte correspond au commentaire composé ?

J'ai trouvé que les fiches étaient bien faites.

Avez un mémotechnique pour que cela vienne d'emblée, surtout y a t-il des termes pour l'argumentation ?

Mon problème c'est que je fais un commentaire en tout juste une feuille double, et c'est un peu court donc des points en moins.

Cordialement.

Huguette

Méthode pour le commentaire composé

Le commentaire composé est un autre nom du commentaire de texte.  smile

Pour ce qui est de moyens mnémotechniques, eh bien... il suffit généralement d'avoir fait un ou deux commentaires pour connaître la méthode, inutile de l'apprendre.