Flaubert, Madame Bovary, II, 8 - Et qu'aurais-je à faire, messieurs, de vous démontrer...

Bonjour, j'ai un commentaire littéraire à faire sur cet extrait du discours prononcé par Lieuvain aux comices agricoles :

C'est à Yonville, où se sont installés Emma et son mari Charles Bovary, qu'ont lieu des comices agricoles, c'est-à-dire une réunion de tous les cultivateurs et éleveurs d'une région, donnant lieu à des concours entre agriculteurs. Voici un extrait du discours d'un conseiller de préfecture, M. Lieuvain, délégué par le Préfet pour le représenter. Ce discours est prononcé devant toute la population de la petite ville et de ses environs.

« Et qu'aurais-je à faire, messieurs, de vous démontrer ici l'utilité de l'agriculture ? Qui donc pourvoit à nos besoins ? Qui donc fournit à notre subsistance ? N'est-ce pas l'agriculteur? L'agriculteur, messieurs, qui, ensemençant d'une main laborieuse les sillons féconds des campagnes, fait naître le blé, lequel broyé est mis en poudre au moyen d'ingénieux appareils, en sort sous le nom de farine, et, de là, transporté dans les cités, est bientôt rendu chez le boulanger qui en confectionne un aliment pour le pauvre comme pour le riche. N'est-ce pas l'agriculteur encore qui engraisse, pour nos vêtements, ses abondants troupeaux dans nos pâturages ? Car comment nous vêtirions-nous, car comment nous nourririons-nous sans l'agriculteur ? Et même, messieurs, est-il besoin d'aller si loin chercher des exemples ? Qui n'a souvent réfléchi à toute l'importance que l'on retire de ce modeste animal, ornement de nos basses-cours, qui fournit à la fois un oreiller moelleux pour nos couches, sa chair succulente pour nos tables, et des oeufs ? Mais je n'en finirais pas, s'il fallait énumérer les uns après les autres les différents produits que la terre bien cultivée, telle qu'une mère généreuse, prodigue à ses enfants. Ici, c'est la vigne ; ailleurs, ce sont les pommiers à cidre , là, le colza, plus loin, les fromages ; et le lin -, messieurs, n'oublions pas le lin ! qui a pris dans ces dernières années un accroissement considérable et sur lequel j'appellerai plus particulièrement votre attention. »

Il n'avait pas besoin de l'appeler : car toutes les bouches de la multitude se tenaient ouvertes, comme pour boire ses paroles. Tuvache, à côté de lui, l'écoutait en écarquillant les yeux , M. Derozerays, de temps à autre, fermait doucement les paupières ; et, plus loin, le pharmacien, avec son fils Napoléon entre ses jambes, bombait sa main contre son oreille pour ne pas perdre une seule syllabe. Les autres membres du jury balançaient lentement leur menton dans leur gilet, en signe d'approbation. […]

« Continuez ! Persévérez ! n'écoutez ni les suggestions de la routine, ni les conseils trop hâtifs d'un empirisme téméraire ! Appliquez-vous surtout à l'amélioration du sol, aux bons engrais, au développement des races chevalines, bovines, ovines et porcines ! Que ces comices soient pour vous comme des arènes pacifiques où le vainqueur, en en sortant, tendra la main au vaincu et fraternisera avec lui, dans l'espoir d'un succès meilleur ! Et vous vénérables serviteurs1 ! humbles domestiques, dont aucun gouvernement jusqu'à ce jour n'avait pris en considération les pénibles labeurs, venez recevoir la récompense de vos vertus silencieuses, et soyez convaincus que l'État, désormais, a les yeux fixés sur vous, qu'il vous encourage, qu'il vous protège, qu'il fera droit à vos justes réclamations et allégera, autant qu'il est en lui, le fardeau de vos pénibles sacrifices ! »

1. A la fin du chapitre une vieille servante recevra une médaille d'argent pour avoir servi cinquante ans dans la même ferme.

Je tiens à préciser que je suis en seconde générale.

J'ai repérer plusieurs choses : un éloge du monde rural, un discours que l'on peut qualifier de politique et bien sur l'ironie de Faubert qui discrédite l'argumentation mais malgré tout je n'arrive pas à trouver un plan clair sachant aussi que ceci est mon premier commentaire. avez vous des suggestions et des conseils pour mon plan? merci d'avance.

Flaubert, Madame Bovary, II, 8 - Et qu'aurais-je à faire, messieurs, de vous démontrer...

L' "éloge du monde rural" me semble peu compatible avec l'ironie de Flaubert…
C'est cette ironie qui domine le texte : étudie précisément ses moyens, et ses cibles. L'ironie est un mode subtil d'attaque : qui, quoi est attaqué ici?
Interroge-toi également sur le registre utilisé dans le discours, ainsi que sur la relation entre Lieuvain et son public.

J'espère que ces quelques pistes t'aideront… et qu'elles n'arriveront pas trop tard!