21

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

De mon côté j'ai comme plan le suivant :

I) Une utopie traditionnelle
a- Abondance, luxe et richesse
b- Des relations  humaines idéales

II) Mise en place de l'idéal des Lumières
a- La remise en cause de l'utopie
b- L'idéal des Lumières


Pensez-vous que celui ci suffise aussi ?
Merci.

22

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Bonsoir,

Ce plan est très complet.

23

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Bonjour,
Je suis en 1°S et nous sommes, en cours de Français, en train d'étudier l'œuvre de Voltaire: Candide.
Cependant j'ai un avis divergent avec mon professeur au niveau de la lecture du passage sur l'Eldorado.
Afin de ne pas vous influencer je ne vous livrerai mon point de vue qu'a la suite de vos réponses (que j'espère nombreuses  wink)
Voila notre point divergent :
Est-ce que les moutons présents dans l'Eldorado volent?
Dites moi oui ou non mais donnez moi aussi des passages qui puissent justifier votre point de vue.
Merci d'avance et à bientôt!

24

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Bonjour,

Essaie de réfuter ton professeur correctement en ne mettant qu'un F à son nom.

Je pense que tu fais allusion à cet extrait de Candide.

Candide et Cacambo montent en carrosse ; les six moutons volaient, et en moins de quatre heures on arriva au palais du roi, situé à un bout de la capitale.

Les moutons dont il s'agit sont en fait des lamas qui n'ont jamais volé, sauf de manière figurée pour exprimer la rapidité de leur course.

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Bonsoir!
Je suis actuellement en 1ES et je dois faire un "magnifique" commentaire sur une partie du chapitre 18 qui est :

En attendant, on leur fit voir la ville, les édifices publics élevés jusqu’aux nues, les marchés ornés de mille colonnes, les fontaines d’eau pure, les fontaines d’eau rose, celles de liqueurs de cannes de sucre qui coulaient continuellement dans de grandes places pavées d’une espèce de pierreries qui répandaient une odeur semblable à celle du girofle et de la cannelle. Candide demanda à voir la cour de justice, le parlement ; on lui dit qu’il n’y en avait point, et qu’on ne plaidait jamais. Il s’informa s’il y avait des prisons, et on lui dit que non. Ce qui le surprit davantage, et qui lui fit le plus de plaisir, ce fut le palais des sciences, dans lequel il vit une galerie de deux mille pas, toute pleine d’instruments de mathématiques et de physique.

J'ai déja trouvé mon plan (obligation qu'il y est 3 parties) :

I Une utopie
   1. Une image de la perfection
   2. Un pays imaginaire

II Les enjeux de l'utopie
   1.L'enjeux critique: la dénonciation, par contraste; d'un monde réel imparfais
   2.L'enjeu didactique: l'apologie de la civilisation et du progrès

III La mise en valeur des idéaux des Lumières
   1.Un idéal de développement matériel
   2. Un idéal moral et intellectuelle

Mon problème : Le texte étant assez cours je ne sais pas trop quoi mettre exactement dans mes parties, si vous pouviez me donner un petit coup de main. smile
Merci

26

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

bonjour !! j'ai un commentaire a faire sur candide de voltaire (le chapitre 18 l'eldorado) et j'ai comme un soucis pour répondre aux questions qui vont avec
la première question c'est: a quel genre littéraire appartient ce texte?
la deuxième c'est:quelle image du souverain se dégage de ce texte?
si quelqu'un peut m'aider sa serai gentil merci d'avance

27

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Le chapitre 18 appartient au genre utopique.
Le souverain est un monarque éclairé.

28

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

ok merci beaucoup tu me sauves la vie  =Dil me reste plus qy'a développer ça

29

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Bonjour,
j'ai à rédiger une étude analytique de candide du chapitre 18 sur l'extrait :

Candide et Cacambo montent en carrosse ; les six moutons volaient, et en moins de quatre heures on arriva au palais du roi, situé à un bout de la capitale. Le portail était de deux cent vingt pieds de haut, et de cent de large ; il est impossible d’exprimer quelle en était la matière. On voit assez quelle supériorité prodigieuse elle devait avoir sur ces cailloux et sur ce sable que nous nommons or et pierreries.

Vingt belles filles de la garde reçurent Candide et Cacambo à la descente du carrosse, les conduisirent aux bains, les vêtirent de robes d’un tissu de duvet de colibri ; après quoi les grands officiers et les grandes officières de la couronne les menèrent à l’appartement de Sa Majesté au milieu de deux files, chacune de mille musiciens, selon l’usage ordinaire. Quand ils approchèrent de la salle du trône, Cacambo demanda à un grand officier comment il fallait s’y prendre pour saluer Sa Majesté : si on se jetait à genoux ou ventre à terre ; si on mettait les mains sur la tête ou sur le derrière ; si on léchait la poussière de la salle ; en un mot, quelle était la cérémonie. « L’usage, dit le grand officier, est d’embrasser le roi et de le baiser des deux côtés. » Candide et Cacambo sautèrent au cou de Sa Majesté, qui les reçut avec toute la grâce imaginable, et qui les pria poliment à souper.

En attendant, on leur fit voir la ville, les édifices publics élevés jusqu’aux nues, les marchés ornés de mille colonnes, les fontaines d’eau pure, les fontaines d’eau rose, celles de liqueurs de cannes de sucre qui coulaient continuellement dans de grandes places pavées d’une espèce de pierreries qui répandaient une odeur semblable à celle du girofle et de la cannelle. Candide demanda à voir la cour de justice, le parlement ; on lui dit qu’il n’y en avait point, et qu’on ne plaidait jamais. Il s’informa s’il y avait des prisons, et on lui dit que non. Ce qui le surprit davantage, et qui lui fit le plus de plaisir, ce fut le palais des sciences, dans lequel il vit une galerie de deux mille pas, toute pleine d’instruments de mathématiques et de physique.

Avec comme question « Quel est le message du philosophe ? »

J'avais pensé à :
A. L'utopie
B. La critique de l'Eldorado

J'aimerais avoir vos avis sur un plan possible ainsi que sur sa composition parce que j'ai beaucoup de mal à trouver des choses à dire.. Je vous en remercie d'avance !

Voltaire, Candide, chapitre 18 - Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado

Où y a-t-il une critique de l'Eldorado ?
En revanche demande-toi ce que Voltaire veut critiquer, par exemple quand Candide demande s'il faut se mettre à genoux ou ventre à terre ou lécher la poussière de la salle pour faire plaisir au roi !