Autre alternative

L "autre alternative" est un pléonasme souvent rencontré et que je ne crois pas avoir trouvé sur la liste du site.

2

Autre alternative

Bonjour,

Est-ce un pléonasme ?

D'abord il faudrait examiner le contexte : par ex. il peut y avoir un changement d'alternative suivant l'époque. Si Hugo à 14 ans veut "être Chateaubriand ou rien", un auteur du XXIe siècle exprimera son projet sans doute d'une autre manière.

Y est-il ou n'y est-il pas ?
L'as-tu trouvé ou ne l'as-tu pas trouvé ? autre alternative.

Ensuite s'il est entendu qu'une alternative est bien la possibilité de choisir entre deux voies, et seulement deux, l'expression rapportée est plutôt un solécisme qu'un véritable syntagme pléonastique. En effet je devrais alors lui préférer l'autre "solution", l'autre "possibilité", pour revenir à deux choix et non quatre comme le permettrait l'expression fautive.

3

Autre alternative

bnonu a écrit :

L "autre alternative" est un pléonasme souvent rencontré et que je ne crois pas avoir trouvé sur la liste du site.

Bonjour,

Il n'est effectivement pas dans la liste car il y a cette page :
http://www.etudes-litteraires.com/langu … native.php

Autre alternative

Voici ce que je lis dans HANSE :

ALTERNATIVE
Situation dans laquelle on n'a le choix qu'entre deux partis à prendre.
"Il se trouvait dans (ou devant) l'alternative de se soumettre ou de se démettre."

Mais un emploi très répandu, non seulement dans le peuple mais chez les gens cultivés, chez d'excellents écrivains et même chez des lexicographes qui le condamnent (Littré, Hatzfeld), applique alternative à chacun des termes du choix. Le mot prend ainsi le sens de possibilité, option, parti, éventualité, hypothèse, solution, et l'on parle de deux alternatives, ce qui proprement supposerait quatre solutions. (Lisez Jean-Luc.)
Le Bidois a montré quelque indulgence "sans l'excuser tout à fait", pour ce fâcheux GLISSEMENT DE SENS.

On fera mieux d'éviter cet emploi, condamné ou suspecté par ceux qui ont le souci de maintenir utilement le sens étymologique, dont l'abandon favorise un glissement de sens de dilemme.
----------
Comme écrit fort bien THOMAS, il n'y a pas deux alternatives, mais une alternative avec deux possibilités.
----------
Personnellement, bien que ce soit assez lourd, j'aime assez : la première (ou la seconde) BRANCHE de l'alternative.

5

Autre alternative

Puisqu'on est dans les pléonasmes, je me demandais :
"un retour en arrière" en est-il un ? de même pour "revenir en arrière" ?


MERCI tongue

Autre alternative

La langue française est farcie de ces pléonasems que l'usage accepte. Que dire d'aller de l'avant

En ce qui concerne alternative, "pour ma part en ce qui me concerne" son emploi considéré comme fautif devrait être accepté : ce serait en fait un enrichissement du langage. L'anglais dit corretement : there is no other alternative, ce qui est clair et net (pour la petite histoire, c'est l'emploi fréquent de cette locution qui a valu à Mme Thatcher le surnom deTINA). Les périphrases françaises sont lourdes ou difficilement compréhensibles.

Autre alternative

Zorah a écrit :

Que dire d'aller de l'avant ?

Ce qui fait le contraste avec aller en reculant.

"pour ma part en ce qui me concerne"

Plutôt pour ma part et en ce qui me concerne" je trouve acceptable.
De ma part=ce que je pense, venant de moi (même si je ne suis pas concerné)
en ce qui me concerne devrait=en quoi je suis impliqué, en quoi les actes des autres m'impliquent

L'anglais dit corretement : there is no other alternative,

C'est normal; on perd son latin en Angleterre!

Alter (latin) = l'un des deux (possibilités), pâs plusieurs.
Choix#alternatif, correctement parlant.

8

Autre alternative

Est-il français de dire «il y a plusieurs alternatives»?

Autre alternative

En général cela correspond à une faute.
Mais c'est parfois correct :
1. Je prends un dessert ou pas ?
2. Si je prends un dessert, est-ce la crème caramel ou la coupe de fruits ?

10

Autre alternative

Les différentes possibilités de dessert seraient donc les alternatives?