Baudelaire (1821-1867), Les Fleurs du mal

L’Albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

5 À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
10 Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
15 Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.


Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal (1857), II.
Cette page a été rédigée par Oregann.

Pour commenter le texte

Présentation

  • Auteur : Charles Baudelaire, poète français, poète dit « maudit », XIXe siècle, précurseur de la poésie moderne.
  • Thèmes des Fleurs du mal : amour, exotisme, laideur, spleen…

Étude du texte

Versification

  • Traditionnelle : régularité.
    • Alternance des rimes féminines et masculines respectée.
    • Poème composé de quatre quatrains en alexandrins.
    • Les rimes sont croisées.
  • Sonorités
    • 1re strophe : double allitération ([s], [z] × 11 → harmonie imitative).
    • 2e strophe : double allitération ([s], [z] × 8).
  • Rythme : maladresse de la démarche de l’albatros (3e strophe).
    • v. 1 : 6+6.
    • v. 2 : 1+5+6.
    • v. 3 : 6+6.
    • v. 4 : 3+3+6.

Progression thématique

  • 1re strophe : mise en situation, récit d’habitude → présent : jeu de la capture des albatros.
  • 2e strophe : effet de l’appontage sur l’albatros.
  • 3e strophe : perte de dignité de l’albatros, jeux de l’équipage.
  • 4e strophe : comparaison albatros / poète.

Les deux aspects de l’albatros

  • Utilisation d’un vocabulaire positif lorsqu’il est question du vol : « vastes », « compagnons de voyage », « rois de l’azur ».
  • Emploi d’un vocabulaire négatif lorsqu’il est question de l’arrêt : « maladroit et honteux », « piteusement ».
  • Par ailleurs, l’équipage est anonyme : « hommes d’équipage », « ils », « l’un », « l’autre ».

Vision du poète

  • Cf. comparaison albatros / poète dans la dernière strophe.
  • Dans les deux premiers vers : le poète est surhumain et donc extraordinaire.
  • Dimension épique.
Pour conclure

À l’aide d’une métaphore, le poète révèle dans la dernière strophe sa vision du poète, il se voit comme un être différent mais surtout inadapté à la vie en société.

Conseils de lecture

Baudelaire, Les Fleurs du Mal Baudelaire, Le Spleen de Paris
Baudelaire, Les Fleurs du Mal
Baudelaire, Le Spleen de Paris