Rédiger l’introduction de la dissertation

Méthode de la dissertation : l’introductionL’introduction de la dissertation est très importante car elle censée susciter l’intérêt du correcteur pour votre copie. C’est pourquoi elle doit donner, dès les premières phrases, une impression si possible très favorable tout en posant clairement et brièvement le sujet. Comme pour l’introduction dans le commentaire, il est conseillé de la rédiger comme si le lecteur ne connaissait pas le sujet. Il est nécessaire de rédiger l’introduction avec soin et d’éviter les fautes d’orthographe dès le début du devoir. Par ailleurs, la problématisation du sujet est inévitable : il s’agit d’exprimer avec clarté les questions que pose le sujet.

Présenter le sujet

Présenter le sujet, c’est rappeler le contexte littéraire de l’œuvre ou des œuvres sur lesquelles porte le sujet. En effet, la dissertation littéraire au baccalauréat porte sur un programme précis et il s’agit, au cours de cette entrée en matière, de l’évoquer. Pour cela, bien entendu, il faut bien connaître votre programme (objets d’étude, genres littéraires, textes étudiés au cours de l’année, etc.). Les banalités (lieux communs) sont à proscrire ; il vaut mieux essayer d’être original dans l’entrée en matière de l’introduction et surtout de délimiter le sujet le plus tôt possible. Exemple d’une entrée en matière ratée :

 Suffit-il de se souvenir pour écrire un récit autobiographique ?

  • Entrée en matière : « Depuis la nuit des temps, les écrivains ont été tentés par le récit autobiographique. »

En l’occurrence, une entrée matière réussie aurait délimité le sujet très vite et aurait explicité le lien du sujet avec l’objet d’étude au programme de français. Ici, l’objet d’étude est le biographique et le récit autobiographique est une forme du genre autobiographique.

Présenter le sujet, c’est aussi le reformuler avec ses propres mots. Pour cela, il faut avoir lu le sujet plusieurs fois et avoir procédé à son analyse. Dans l’exemple de sujet que nous avons pris, il s’agit bien entendu de s’attarder sur « suffit-il de se souvenir » et « récit autobiographique ».

Problématiser le sujet

La problématisation du sujet est une étape essentielle dans l’introduction de la dissertation. En effet, c’est la problématique qui régit l’ensemble du devoir et sa progression logique. Il s’agit d’exprimer les problèmes que pose le sujet (dans notre exemple, le problème semble déjà énoncé) et explorer toutes les questions qu’il soulève : se souvenir est l’une des conditions pour écrire un récit autobiographique (présupposé Supposition préalable.) → est-ce qu’il suffit de se souvenir ? → le récit autobiographique ne repose-t-il que sur le souvenir de l’auteur ? → si le souvenir ne suffit pas pour écrire un récit autobiographique, que faut-il d’autre ? etc.

Annoncer le plan

L’annonce du plan est la dernière étape de l’introduction. L’annonce du plan est liée à la problématisation du sujet car le plan doit découler logiquement de l’analyse du sujet. Autrement dit, le plan proposé doit explorer tous les problèmes que pose le sujet. Par ailleurs, il doit y avoir une progression dans le plan que vous exposez : votre plan doit montrer que vous allez répondre à la question formulée dans le sujet et à la problématique que vous avez précédemment énoncée. Toutefois, une introduction n’est pas une conclusion : ne répondez pas explicitement au sujet (maintenez un peu de suspens) dans l’introduction, mais montrez que vous allez en explorer tous les aspects. Enfin, vous devez tenir vos promesses : le plan que vous proposez doit être impérativement respecté dans le corps du devoir ; le correcteur doit pouvoir retrouver dans votre devoir les parties que vous avez annoncées dans l’introduction.

Testez vos connaissances !

Avez-vous bien compris cette fiche de méthode ?

Forum bac français ►

Conseils de lecture

La dissertation en français  Prépabac français  La dissertation littéraire
A. Lemeunier, La dissertation en français, Hatier.
Prépabac français, cours et entraînement.
A. Preiss, La dissertation littéraire, A. Colin.